Dans la foulée

Face à ce véritable fléau que sont l’obésité et le surpoids, mon action s’inscrit dans une démarche visant à la fois un défi individuel en accomplissant ce Tour de France, mais également une expérience à partager avec le plus grand nombre en incitant toute personne le souhaitant à me rejoindre !

img_6179

UN DÉFI INDIVIDUEL

Après avoir pesé plus de 200kgs, (211Kgs) au plus haut de « ma forme », après avoir subi 2 interventions chirurgicales, un suivi psychologique, je souhaite maintenant démontrer que l’on peut revenir à une « vie normale » mais aussi s’engager dans un défi repoussant les limites personnelles.

Ce qui concrètement s’explique par :

  • 1000 Km à pieds (base marche nordique)
  • Un tour de France (et un peu plus, Espagne, Italie, Belgique, Suisse…)
  • 50 étapes de 20 kms
  • Départ Lille / Arrivée Strasbourg
UNE EXPÉRIENCE PARTAGÉE

La réussite du projet réside dans la parfaite combinaison d’un défi personnel et la participation, l’engagement du plus grand nombre, chacun à sa façon.
En effet, partager ce Tour de France, c’est s’engager avec enthousiasme, participer à la hauteur de ses moyens physiques à une expérience collective qui va apporter beaucoup à chacun d’entre nous.
Enfin, par la valeur même de ce partage, l’objectif est de créer une communauté, une organisation « générative » ayant pour fonction d’apporter aux personnes manquant de ressources à un moment de leurs vies, un support bien naturel.

LA MARCHE GÉNÉRATIVE

La marche générative c’est partir à plusieurs, 2, 3, 5, 10, 100 personnes voire plus… sur quelques kilomètres. C’est créer au fil de la marche une relation, un échange, un partage.
Ce partage est une expérience extrêmement naturelle qui se traduit en priorité dans le corps, dans l’action même de la marche, par le simple fait de participer, de faire la même chose…
Alors dans l’échange, va se créer quelque chose de neuf, de surprenant, quelque chose qui va au-delà des capacités de chacun pris isolément. L’idée de la marche générative est d’abord de partager mais également d’apporter à chacun des ressources supplémentaires. Des ressources qu’on ne pensait sans doute pas posséder.